au saxo... Jean Bernard

 

Pas facile de succéder au valeureux Sylvain qui quitte la soufflerie simonienne après tant d'années de service... JB relève là le défi, avec un enthousiasme qui n'a d'égal que la longueur de son sax bar dont il dévore déjà les anches avec gourmandise dans de lascives chorégraphies... Le frérot Seb n'a qu'à bien se tenir avec son trombone à  coulisse, parer les coups quand la gestuelle n'est pas synchro !

 

      >

Faut-il annoncer ici que ce garnement à la barbe rêche, nouvelle recrue du groupe donc, n'est pas une première main de la scène bretonne ? N'a-t-il pas fourbi ses armes de grand séducteur dans un nombre impressionnant de formations pour atteindre une telle performance scénique ? Osons en citer quelques-unes, car abandonner ce projet reviendrait à priver de résurrection de pléthoriques groupes locaux répondant à d'improbables noms - baptisés à la mords-moi l'noeud, si je peux me faire mettre ! - tels "Le Partisan du Moindre Effort" ou encore (pour monter en puissance), "L'araignée qui prenait son chapeau pour sa femme" ...tout un programme ! Et c'est sans annoncer d'autres désignations qui n'arrangent rien à l'affaire, comme "Aggrave ton cas", ou, pour faire plus "english" et moins burlesque, " Melow quartet" ou "Sky in the moon"...

 

Que les zicos oubliés qui ont fait partie de ces illustres groupes le sachent : le loustic quadra que vous découvrez là chez les Simone n'a rien perdu de sa fougue, celle qui enflamma l'UBU avec feu "Désinvolture" l'été 1998. Suite à l'énorme succès, JB envisagea même une carrière solo après avoir consulté moult voyants des "Lunes perdues dans la constellation des onomatopées" (alias le signe astral du garçon), tout un tas de prophètes cupides et véreux qui lui conseillèrent une voie plus orthodoxe. Et ce fut celle de l'Education, une histoire de famille - voire sur ce même site le taillage de costard de notre bien-aimé Seb, le frérot tromboniste -, sauf que pour JB, elle était spéciale, l'Education...  Il misa alors sur les études, encouragé par les siens -"tu ne feras jamais fortune dans la musique mon garçon" -, délaissant sa panoplie de saxes qu'il fit enfermer une dizaine d'années durant dans le râtelier d'une étable désaffectée, perdue dans la campagne environnant La -Guerche-de-Bretagne. Se maria, eut des enfants... Puis rencontra Simone.

C'était en septembre 2016. Sylvain tirait sa révérence. JB rêvait de dépoussiérer ses cuivres, et de remettre le couvert ...

Pour Simone, la belle aubaine !

      >